Accueil | Alsace viticole | Cépages et Grands crus | Nos vins | Accords culinaires | Evénements | Historique | Adresses | Liens | Contacts
 
Le vin d'Alsace se boit
le matin, nature
le midi, pur
le soir, sans eau

Mon Dieu,
donnez moi la Vie pour longtemps,
de l’Amour de temps en temps,
du Boulot pas trop souvent,
mais du Vin d’Alsace tout le temps

Un petit verre de vin
d'Alsace, c'est comme
une robe légère, une
fleur de printemps, c'est
le rayon de soleil qui
vient égayer la vie.
(Christian Dior) 

Alsavin scri

9, rue des Inhauts
5021 Boninne
Tél & Fax: 081/21.24.49
info@alsavin.be

Heures d'ouverture
lundi 13h00 - 19h00
mardi 10h00 - 19h00
mercredi 13h00 - 19h00
jeudi 10h00 - 19h00
vendredi 10h00 - 19h00
samedi10h00 - 19h00

TVA : BE 466.820.814
NE : 0466.820.814

· Introduction

L’Alsace est la seule région de France où les vins sont appelés selon leur cépage (au nombre de 7), et non selon un château / domaine (Bordeaux) ou un bourg / village / lieu-dit (Beaujolais, Bourgogne et autres). C’est ainsi le seul vignoble pouvant être abordé par cépage ou par terroir.

Ils sont obligatoirement mis en bouteilles dans leur région, et exclusivement dans la célèbre bouteille à long col : la «flûte du Rhin» ou «flûte d’Alsace».
Outre la bouteille traditionnelle de 75cl, les Fillettes (37,5 cl), Demoiselles (50 cl) et Magnums (1,5 litre) sont d’utilisation courante. Bien que pouvant être utilisées pour tous les vins, les deux premières capacités concernent plus particulièrement les vendanges tardives et les grains nobles (vins surpuissants par excellence), et la troisième les crémants.
Lors d’événements particuliers (fêtes, commémorations, …), on peut trouver des bouteilles spécifiques, comme par exemple lors du millénaire du Pape Léon IX (2002) où des Jéroboam (3 litres) et des Mathusalem (6 litres) étaient en vente dans la région d’Eguisheim (sa ville natale).

Les vins d’Alsace peuvent déjà révéler leur richesse après 6 mois. Les grands millésimes, Grands Crus, Vendanges Tardives et Sélections de Grains Nobles gagnent cependant à vieillir beaucoup plus longtemps. Tout vin d’Alsace peut se conserver, couchés, entre 3 et 5 ans. Certains peuvent être gardés, 10, 15 voire même plus de 20 ans.

Un léger pétillement n’est pas un défaut, mais est dû à un tirage précoce permettant de conserver toutes leurs qualités.
Un léger dépôt de tartre au fond de la bouteille est un phénomène naturel, souvent signe d’une grande finesse.

· Autrefois …

Le vignoble alsacien est l’un des plus anciens de France. D’après ses historiens, la vigne n’y fut pas apportée d’Asie Mineure par les Romains, mais serait issue d’une plante indigène connue dès l’ère secondaire : une cistinée qui se serait transformée en vitis vinifera (notre vigne actuelle) au cours de l’ère tertiaire.

De ce temps-là déjà, les vins de ces contrées avaient leur succès. De fait, faisant concurrence aux vins italiens de l’époque, l’empereur Domitien (81-96) avait ordonné l’arrachage des pieds de vigne ‘alsaciens’, afin que les légionnaires s’abreuvent des vins importés de leur patrie, et non de ceux produits sur place. Cet ordre ne fut pas exécuté ...
En revanche, les Romains apportèrent les outils et les principes de la viticulture moderne, à l’exception des tonneaux, inventés par les Gaulois, qui commencèrent à remplacer les amphores sous le règne de Marc-Aurèle (160-181).

Grégoire de Tours vante le vignoble de Marlenheim en 589. On compte cent huit villages viticoles en 800, cent soixante en 900, quatre cent trente en 1400. A cette époque, le vin d’Alsace, en blanc et en rouge, était l’un des plus réputés d’Europe et l’un des plus chers.
De nombreuses guerres, des circonstances économiques défavorables, le maintien d’une législation caduque conduisirent au cours des siècles suivants le vin d’Alsace au bord de sa perte. La situation a été redressée après la Première Guerre mondiale.
Durant une trentaine d’années, après la deuxième guerre mondiale, le vin alsacien, e.a., acquiert la réputation de donner mal de tête. Cela provient du fait que les vins blancs sont fort ‘soufrés’. Heureusement, depuis lors, les viticulteurs ont redressé la barre, à tel point que la réglementation alsacienne est considérée comme l’une des plus stricte à l’heure actuelle.

Il faut également signaler qu’après plusieurs épisodes historiques pénibles (Huns, Goths, Ostrogoths, …, Lorrains, Allemands, Français), l’Alsace a été attaquée à plusieurs reprises par le phylloxéra (1876, 1886, 1922-1924).

· Géologiquement et climatologiquement vôtre

L’antique massif Vosges/Forêt Noire s’étant affaissé il y a 45 à 50 millions d’années, l’Alsace propose une grande palette de terroirs :

  • contreforts vosgiens
  • - sol granitique
      - sol gréseux
      - sol schisteux
      - sol volcanique
  • collines sous-vosgiennes
  • - sol argilo-marneux
      - sol calcaire
      - sol calcaro-gréseux
      - sol marno-calcaire
      - sol marno-calcaro-gréseux
      - sol marno-gréseux
  • la plaine
  •  

    Cette mosaïque géologique explique partiellement la diversité de vins que l’on peut trouver pour un même cépage.

    Bien que subissant aussi des inondations, l’Alsace est statistiquement une des régions les moins pluvieuses de France, et Colmar est la ville la plus sèche de l’Hexagone. La viticulture y rencontre un climat très favorable, car les massifs vosgiens représentent un barrage naturel pour les nuages chargés de pluie.

    · Vinification

    Généralement, les vendanges débutent vers le 15 septembre (les dates exactes pour chaque A.O.C. sont définies par arrêté préfectoral).
    De plus, après l’AOC Crémant, l’AOC Alsace et l’AOC Alsace Grand Cru (nous sommes aux alentours de la mi-octobre), les viticulteurs envisagent les Vendanges Tardives et Sélections de Grains Nobles.

    Pour l’élaboration du vin blanc, les raisins passent dans un fouloir pour faire éclater les baies, et sont ensuite pressés en douceur dans un pressoir à vis ou pneumatique.
    Le débourbage qui suit, sert à éliminer les particules (végétaux, peaux, …) susceptibles de fausser le goût du vin.
    Enfin, la fermentation alcoolique (transformation des sucres en alcool par les levures) se déroule dans de vieux foudres en bois, ou dans des cuves en acier inoxydables. Comme cette dernière peut générer des températures allant jusqu’à 30°C, les caves, voire les cuves elles-mêmes sont thermo-régulées, afin de conserver la qualité aromatique du vin.
    Après trois à quatre semaines, les vins sont soutirés pour éliminer les lies les plus importantes, et mis en élevage sur lie fine durant trois à quatre mois.
    Après clarification et stabilisation du vin, il est mis en bouteille, vers février ou mars pour les vins courants, et juste avant la récolte suivante pour les vins supérieurs.
    L’élevage et la maturation des vins alsaciens se réalisent en bouteille.

    Concernant l’élaboration du vin rouge, les baies restent en contact avec le jus lors de la fermentation alcoolique afin d’extraire les tanins contenus dans la peau du raisin. Ce n’est qu’après cette macération pelliculaire que le pressurage intervient.

    Comme le Champagne, ou toute méthode traditionnelle, le Crémant est élaboré par une seconde fermentation alcoolique en bouteille, pour obtenir l’effervescence, obtenue par adjonction de sucre et de levures. Il doit ensuite reposer au moins 9 mois sur lies.

    Attention : la fermentation malolactique (deuxième phénomène biologique de l’élaboration du vin, qui, via des bactéries lactiques, transforme l’acide malique en acides lactique et carbonique) n’est pas recherchée en Alsace.

    · Sucrosité

    Les sucres présents au départ de la vinification  se transforment en alcool ; en proportion de 17 gr pour une augmentation de 1°. Selon sa teneur en sucres résiduels, on classe un vin.

    0 à 4 gr

    sec

    4 à 12 gr

    demis-sec

    12 à 45 gr

    moelleux

    + 45 gr

    liquoreux

    Cette grille est théorique et représente une norme européenne statique pour tous les vins, mais il faut toutefois en nuancer son interprétation.
    En effet, outre le fait que certaines appellations en modifient les bornes, la rondeur, la richesse, la complexité et l’acidité des vins alsaciens peut en atténuer les sensations et en fausser la lecture … un peu comme le vent accentue la sensation de froid en hiver.
    Beaucoup de vins sont ainsi classés théoriquement en demi-secs, voire en moelleux, mais leur acidité naturelle (colonne vertébrale) les autoriserait d’être considérés comme secs.

    · Quelques chiffres (CIVA 2013)

    119

    communes viticoles

    4.340

    viticulteurs

    15.527

    hectares de vignes

     

     

    183-366 m

    altitude moyenne

    600-700 mm/an

    pluviosité maximale (2000 mm/an pour les sommets vosgiens !)

    500 mm/an

    pluviosité moyenne de Colmar

    1.800 h/an

    ensoleillement

     

     

    4000 pieds/ha

    densité minimale de plantation

    2,5 m

    écartement maximal entre les rangs

    0,9 m

    hauteur minimale entre la vigne et le sol

    80 hl/ha

    rendement maximal pour les blancs et le Crémant

    75 hl/ha

    rendement maximal pour les Pinot Noir traditionnels ou rosés

    60 hl/ha

    rendement maximal pour les Pinot Noir rouges

    55 hl/ha

    rendement maximal pour les Grands Crus

    PRODUCTION (hl)

    697.839

    Alsace générique ou lieux-dits (71,5%)

    240.250

    Crémant d’Alsace (24,6%)

    38.026

    Alsace Grand Cru (3,9%)

     

     

    1.860

    Vendanges Tardives

    1.957

    Sélection de Grains Nobles

     

     

    90%

    vins blancs

    10%

    vins rosés ou rouges (Pinot Noir)

     

     

    18,0%

    production française de vins blancs A.O.C.

    35,3%

    production française de vins mousseux (hors champagne) A.O.C.

    VENTE (hl & %)

    586.456

    vins vendus en France (72,3)

    224.808

    vins exportés (27,7)

    47.532

    vins vendus en Belgique (21,1)

    29.490

    vins vendus aux Pays-Bas (13,1)

    19.467

    vins vendus en Allemagne (8,7)

    18.343

    vins vendus au Danemark (8,2)

    16.771

    vins vendus en Suède (7,5)

    16.412

    vins vendus au Canada (7,3)

    12.225

    vins vendus aux Etats-Unis (5,4)

    10.212

    vins vendus en Grande-Bretagne (4,5)

    9.789

    vins vendus en Suisse (4,4)

    7.203

    vins vendus en Finlande (3,2)

    5.203

    vins vendus au Japon (2,3)

    3.647

    vins vendus en Norvège (1,6)

    2.710

    vins vendus en Tchèquie (1,2)

    2.589

    vins vendus en Italie (1,2)

    2.140

    vins vendus en République Tchèque (1,0)

     

     

    202.566

    Crémant vendus en France (79,4)

    52.627

    Crémant exportés (20,6)

    18.185

    Crémant vendus en Belgique (34,6)

    16.613

    Crémant vendus en Allemagne (31,6)

    3.032

    Crémant vendus aux Etats-Unis (5,8)

    2.228

    Crémant vendus en Suède (4,2)

    2.216

    Crémant vendus au Danemark (4,2)

    1.751

    Crémant vendus en Suisse (3,3)

    1.123

    Crémant vendus aux Pays-Bas (2,1)

    931

    Crémant vendus au Canada (1,8)

    803

    Crémant vendus au Japon (1,5)

    715

    Crémant vendus en Pologne (1,4)

    618

    Crémant vendus en Finlande (1,2)

    601

    Crémant vendus en Tchèquie (1,1)

    548

    Crémant vendus au Luxembourg (1,0)

     

     

    789.022

    vendus en France (74,0)

    277.435

    exportés (26,0)

     

     

    142.200.000

    bouteilles vendues

    531.000.000

    chiffre d’affaires (€) hors taxes

    ENCEPAGEMENT (% & ha)

    21,8

    Riesling (3.383 ha)

    21,2

    Pinot Blanc (Klevner) (3.292 ha)

    19,6

    Gewurztraminer (3.040 ha)

    15,4

    Pinot Gris (2.397 ha)

    9.9

    Pinot Noir (1.561 ha)

    7,2

    Sylvaner (1.123 ha)

    2,3

    Muscat (359 ha)

    1,1

    Chardonnay (165 ha)

    0,5

    Chasselas (85 ha)

    0,5

    Mélanges (77 ha)

    0,3

    Klevener de Heiligenstein (45 ha)

    CHRONOLOGIE

    30 juillet 1935

    A.O.C.

    2 novembre 1945

    A.O. Alsace

    3 octobre 1962

    A.O.C. Alsace

    2 janvier 1970 et 30 juin 1971

    établissement des règles de production et de commercialisation des A.O.C. Alsace

    5 juillet 1972

    mise en bouteille en Alsace dans la «flûte d’Alsace»

    20 novembre 1975

    A.O.C. Alsace Grand Cru (Schlossberg)

    24 août 1976

    A.O.C. Crémant d’Alsace

    23 novembre 1983

    entrée de 25 lieux-dits dans les Grands Crus (1)

    1 mars 1984

    appellations Vendanges Tardives et Sélection de Grains Nobles

    17 décembre 1992

    entrée de 24 autres lieux-dits dans les Grands Crus (2)
    établissement des règles de production et de commercialisation des A.O.C. Alsace Grand Cru

    1 janvier 1994

    accord conclu entre la CEE et la Hongrie
    le terme Tokay Pinot Gris doit être remplacé par Pinot Gris ; une annexe à cet accord accorde toutefois un délai de 13 ans pour son application

    1 août 1994

    expression ‘méthode champenoise ‘ interdite et remplacée par ‘méthode traditionnelle’

    4 février 1997

    délimitation  de la zone de production du Klevener d’Heiligenstein (Bourgheim, Gertwiller, Goxwiller, Heiligenstein et Obernai)

    24 janvier 2001

    modification majeure de l’ A.O.C. Alsace Grand Cru
    elle ne se limite plus aux seuls 4 cépages nobles ni au mono-cépage, autorisant notamment le Sylvaner et les assemblages

    21 mars 2005

    adaptation de l’ A.O.C. Alsace Grand Cru
    le Sylvaner est autorisé dans l’appellation Zotzenberg et les assemblages (sous certaines conditions) sont autorisés sur l’appellation Altenberg de Bergheim
    chaque Grand Cru ne pouvant offrir que quatre cépages, le Muscat en est exclu

    25 octobre 2005

    mention ‘contient des sulfites’ obligatoire si la teneur en souffre est supérieure à 10 mg/litre

    1 janvier 2007

    renomination officielle du Tokay Pinot Gris en Pinot Gris

    12 janvier 2007

    adaptation de l’ A.O.C. Alsace Grand Cru
    le Kaëfferkopf est reconnu comme 51ème Grand Cru et y autorise les assemblages (sous certaines conditions)
    les vignerons exploitant les +/- 5,5 ha retirés de la nouvelle délimitation sont toutefois autorisés à utiliser l’appellation Alsace Grand Cru jusqu’à la récolte 2031 !

    3 octobre 2007

    logo de la ‘femme enceinte’ obligatoire, indiquant que le vin est déconseillé aux femmes enceintes

    25 octobre 2011

    élaboration des cahiers des charges pour les A.O.C. Alsace (y compris pour une dénomination géographique ou un lieu-dit), A.O.C. Alsace Grand Cru, et A.O.C. Crémant d’Alsace

    · Contenances

    Ces dénominations, les plus communes, sont données à titre informatif.

    Cl

    Bout.

    Dénomination
    commune

    Commentaire, spécificité

    20

    Quart

    Aussi appelée Piccolo

    37,5

    1/2

    Fillette

    Aussi appelée Demi ou Demie

    50

     

    Demoiselle

     

    75

    1

    Bouteille

    Aussi appelée Champenoise ou Frontignan

    150

    2

    Magnum

    Magnum signifie ‘grand’ en latin

    300

    4

    Jéroboam

    Double Magnum dans le bordelais
    Aussi appelée Marie-Jeanne

    450

    6

    Réhoboam

    Jéroboam dans le bordelais (500 cl / 7 bout.)

    600

    8

    Mathusalem Impériale dans le bordelais

    900

    12

    Salmanazar

     

    1200

    16

    Balthazar

     

    1500

    20

    Nabuchodonosor

     

    1800

    24

    Salomon

    Melchior dans le bordelais
    Conçu exclusivement par la Maison Drappier

    2625

    35

    Souverain

    Exclusif au Champagne
    Conçu exclusivement par la Maison Taittinger

    2700

    36

    Primat

    Exclusif au Champagne
    Prima signifie ‘de premier ordre’ en latin
    Conçu exclusivement par la Maison Drappier

    3000

    40

    Melchizédec

    Exclusif au Champagne

     

    On pourrait encore citer la mignonnette ou le huitième (de 5 à 10 cl), la piccolo ou le quart (20 cl), la chopine (25 ou 50 cl), la chope, la séduction, le pot ou le picollo (50 cl), le médium (60 cl), les clavelin et demi-clavelin (respectivement 62 cl et 36,5 cl, exclusif au vin jaune du Jura), la marie-jeanne (133, 225 ou 250 cl), le tappit-hen (225 cl, exclusif au Porto) ou encore la dame-jeanne (de 20 à 50 litres), l’aume (50 litres), la pipe (400 litres), …

    Les noms, si caractéristiques, des bouteilles de grande capacité seraient d’origine biblique.

    Jéroboam

    nom de deux rois d’Israël, dont le tout premier (-930/-910), élu par les 10 tribus du Nord, rebellées contre Réhoboam

    Réhoboam

    fils de Salomon, tyran (-930/-915) ayant provoqué le schisme des 12 tribus d’Israël, les 10 tribus du Nord et les deux tribus de Juda et Benjamin, tout en conservant sous sa domination ces deux dernières

    Mathusalem

    fils d’Enoch et grand-père de Noë, patriarche biblique qui aurait vécu, selon la Génèse, 969 ans et péri lors du Déluge

    Salmanazar

    nom de cinq rois d’Assyrie (-1275/-1245, , -858/-823, , -727/-722)

    Balthazar

    fils de Nabonide et dernier roi/régent de Babylone, tué par Cyrus en –539. Plus récemment, il est également le Roi Mage (roi d’Arabie) représentant l’Afrique

    Nabuchodonosor

    plus célèbre roi de Babylone (-605/-562), grand constructeur embellissant sa ville de jardins suspendus, de magnifiques enceintes, … ayant conquis la Syrie et la Palestine (-604), Tyr (-573), s’emparant à plusieurs reprises de Jérusalem (-605/-587)

    Salomon

    roi d’Israël (–970/– 931), doté de la sagesse et de la connaissance des langues. Sa légende tient également de sa richesse, de son harem et de sa liaison avec la reine de Saba. Aussi appelé Melchior, le Roi Mage (roi de Perse) représentant l’Europe

    Melchizédec

    personnage énigmatique de l’Histoire sainte, ayant béni Abraham

    · Vocabulaire

    Acide malique

    présent naturellement dans le jus de raisin, il peut être facteur d’instabilité pour le vin et provoquer une nouvelle fermentation (après celle, normale, transformant le sucre en alcool) bactérienne ; le vigneron peut toutefois provoquer une fermentation malolactique qui transforment l’acide malique en acide lactique, abaisse l’acidité du vin et l’assouplit

    Acidification

    ajout d’acide tartrique au moût ou vin (non autorisé en cas de chaptalisation)

    Ampélographie

    science de la vigne et du raisin (‘ampelos’ = vigne)

    Anthocyane

    pigment colorant contenu dans la peau des raisins rouges et donnant sa couleur au vin issu de ces mêmes raisins

    Arômes primaires

    arômes liés au cépage

    Arômes secondaires

    arômes liés à la vinification et à la fermentation alcoolique, aussi appelés arômes fermentaires

    Arômes tertiaires

    arômes liés à l’élevage et au vieillissement

    Assemblage

    mélange après fermentation de vins issus d’origines ou de cépages différents

    Astringence

    sentiment de sécheresse, rudesse et rugosité en bouche, causé par les tanins du vin

    Ban des vendanges

    date officielle du début des vendanges

    Barrique

    inventée par les Celtes et adoptée par les Romains, robuste et facile à rouler, elle remplace l’amphore, trop fragile
    d’abord destinée au transport du vin, elle devient ensuite un acteur incontournable pour l’élevage en cave, sa construction en bois favorisant les échanges avec l’air extérieur, stabilisant la couleur du vin et renforçant les tanins
    connue sous une soixantaine de noms différents (fût, pièce, muid, quartaut, pipe, …), ce terme désigne un tonneau utilisé en Bordelais (225 litres)

    Bâtonnage

    remise en suspension des lies du vin  lorsqu’il repose en fût

    Botrytis Cinerea

    champignon provoquant la pourriture (noble) du raisin et favorisant la concentration des sucres dans le raisin

    Biodynamie

    technique agricole biologique prenant en compte l’influence magnétique de la Terre, de la Lune et du Soleil dans le développement de la plante et de ses défenses naturelles

    Blanc de Blancs

    vin effervescent issu de cépages à raisins blancs

    Blanc de Noirs

    vin effervescent issu de cépages à raisins noirs

    Brettanomyces

    type de levure se formant dans le vin et générant des arômes désagréables de type animal, cuir, sueur, écurie, …

    Caudalie

    persistance aromatique (aussi appelé allonge), exprimée en seconde, restant en bouche après y avoir eu du vin

    Carafer

    action de verser un vin dans une carafe pour l’aérer en le mettant au contact d’un grand volume d’air pour l’oxygéner, lui permettre de s’ouvrir et d’exprimer ses arômes (aussi appelé décanter)

    Centrifugation

    clarification du vin en éliminant les matières en suspension par la force centrifuge

    Cépage

    variété de plant de vigne

    Chai

    bâtiment construit en surface (par opposition à la Cave, enfouie) destiné à l’élevage des vins

    Chambrer

    porter un vin à température ambiante

    Chapeau

    peau, pépins et autres matières solides remontant à la surface pendant la fermentation

    Chaptalisation

    opération consistant à ajouter du sucre au moût afin d’augmenter le degré d’alcool (aussi appelé sucrage) ; 17 gr/litre = 1° alcool

    Charpente

    structure du vin en bouche

    Chromatographie

    méthode d’analyse utilisée en œnologie consistant à séparer les composants (molécules) d’une substance (vin)

    Cla(i)ret

    vin rouge léger, intermédiaire entre le rosé et le rouge classique, plus tannique

    Clarification

    opération destinée à obtenir un vin limpide, par centrifugation, filtration ou collage

    Climat

    lieu-dit ou cru bourguignon

    Clos

    domaine où les vignes sont entourées d’un mur, ou également propriété (comme château, domaine, …)

    Collage

    clarification du vin au moyen de substances gélatineuses appelées «colles» (blanc d’œuf, argile bentonite, …) entraînant les matières en suspension au fond du contenant

    Complantation

    replantage de ceps pour changer les pieds de vigne morts dans une parcelle
    ou
    culture, vendange et vinification groupée (donc ensemble) de vignes de variétés différentes plantées dans une même parcelle

    Complantation

    replantage de ceps pour changer les pieds de vigne morts dans une parcelle

    Cordon

    anneau de bulles situé à la surface du vin effervescent lorsqu’il repose dans un verre

    Crémant

    vin effervescent élaboré selon la méthode traditionnelle/champenoise, mais avec une pression plus faible à l’intérieur de la bouteille

    Cru

    terme désignant l’originalité d’une production liée à un lieu géographique (vient du verbe croître)

    Cuvaison

    fermentation et macération en cuve des vins rouges

    Cuverie

    endroit ou bâtiment où se déroule le processus de vinification, depuis l’arrivage de la vendange jusqu’à la fin des fermentations

    Débourrement

    éclosion des bourgeons de la vigne au printemps

    Décanter

    transvaser une bouteille en carafe afin d’éliminer un éventuel dépôt et d’aérer le vin pour lui permettre d’exprimer ses arômes (aussi appelé carafer)

    Décuvaison

    vidage d’une cuve après la fermentation (aussi appelée décuvage)

    Dégorgement

    après le remuage, expulsion hors de la bouteille du dépôt de levures mortes suite à la prise de mousse du vin effervescent

    Dépôt

    matières insolubles (généralement, précipités tartriques pour les blancs, matière tanique pour les rouges) se déposant sur le flanc de la bouteille pendant son séjour en cave, pouvant être éliminé par décantation

    Densité de plantation

    nombre de pieds de vigne (généralement entre 3.000 et 10.000) plantés par hectare

    Ecimage

    coupure de l’extrémité des rameaux juste après la floraison pour favoriser le développement des jeunes fruits, aérer la vigne et procurer chaleur et lumière aux grappes

    Egrappage

    séparation des baies de la rafle (aussi appelé éraflage)

    Elevage

    période de maturation du vin après la fermentation, avant sa mise en bouteille

    Empyreumatique

    arôme d’odeur brûlée tel que tabac, torréfaction, caramel, pain grillé, … caractéristique généralement d’un élevage en barrique

    Encépagement

    ensemble des cépages cultivés dans un vignoble ou une appellation

    Fermentation alcoolique

    réaction chimique provoquée par des ferments, décomposant les substances organiques (sucres) en corps simples (alcools), généralement avec dégagement de gaz carbonique et chaleur

    Fermentation malolactique

    transformation de l’acide malique en acide lactique et en gaz carbonique, entraînant une diminution de l’acidité

    Feuillette

    tonneau équivalent à une demi-pièce bourguignonne (120-130 litres)

    Filtration

    clarification du vin en le faisant passer dans un filtre retenant les particules solides en suspension

    Foudre

    récipient en bois de grande capacité (standard = 1150 litres)

    Foulage

    opération d’éclatement du raisin (et non des pépins) généralement rouge, afin de favoriser le contact entre ses différents composants

    Fût

    récipient en bois de capacité variable selon les régions, destiné à la vinification et à l’élevage du vin

    Garage (vin de)

    expression du début des années 90 pour désigner un très bon vin, à production limitée, sans gros moyen, mais réalisé avec grand soin

    Gobelet

    forme de taille basse de la vigne évoquant un gobelet et comportant plusieurs bras dotés de deux ou trois coursons

    Gravelle

    cristaux de tartre en suspension dans les bouteilles

    Greffage

    méthode consistant à fixer sur un porte-greffe résistant (@ phylloxéra) le greffon du cépage désiré

    Grume

    terme désignant les grains de raisin

    Gyropalette

    casier à rotation (automatique) utilisé pour le remuage des vins effervescents

    Horizontale

    se dit d’une dégustation comparative de vins différents partageant des points communs (millésime, origine, cépage, …)

    Hybride

    cépage obtenu par croisement de deux espèces différentes (maintenant interdit en France)

    Hygrométrie

    mesure du taux d’humidité dans l’air ; moins de 60% engendre le dessèchement du bouchon, plus de 80% est excellent, mais accélère la détérioration des étiquettes

    Lie

    matière solide (levures de fermentation mortes) se déposant au fond du récipient de vinification

    Liqueur d’expédition

    mélange de vin tranquille et de sucre ajouté au vin effervescent après le dégorgement

    Liqueur de dosage/tirage

    mélange de vin tranquille, de sucre et de levures ajouté au futur vin effervescent à sa mise en bouteille afin de déclencher une seconde fermentation, générant du gaz carbonique

    Macération

    étape de la vinification pendant laquelle le jus du raisin reste en contact avec les peaux et les rafles, pour en extraire couleur, tanins et arômes

    Macération carbonique

    macération consistant à mettre en cuve des grappes entières de raisin, sous une atmosphère de gaz carbonique, créant ainsi des vins aromatiques, souples et pauvres en tanins

    Macération semi-carbonique

    macération où intervient le gaz carbonique créé par la fermentation alcoolique en lieu et place du gaz exogène ajouté

    Macération préfermentaire

    macération avant fermentation, à basse température, favorisant la libération des arômes

    Mâche

    perception tactile perçue en bouche quand le vin est riche en tanins, donnant l’impression de posséder beaucoup de matière

    Marc

    résidus solides du raisin éliminés après le pressurage

    Méthode traditionnelle

    mention utilisée pour les vins issus de la ‘méthode champenoise’ hors Champagne

    Mildiou

    maladie des organes verts de la vigne

    Millerandage

    phénomène dû à une fécondation imparfaite, où les grappes contiennent des petites baies, souvent sans pépins, à côté de raisins ‘normaux’

    Millésime

    date des vendanges correspondant à l’année de naissance du vin

    Minéralité

    notion associant des sensations olfactives (pierre à fusil), gustatives (fraîcheur) et de texture (vin cristallin)

    Moût

    jus (non fermenté) extrait du raisin par pressurage ou foulage

    Muid

    fût d’une capacité de 1200 litres

    Mutage

    ajout d’alcool ou d’anhydride sulfureux pendant la fermentation pour l’interrompre et conserver une grande quantité de sucres résiduels

    Nouaison

    transformation de la fleur fécondée en fruit

    Œnologie

    science traitant du vin, de sa préparation, de sa conservation et des éléments le constituant

    Œnologue

    personne titulaire d’un diplôme d’œnologie ; technicien qualifié dans l’élaboration et la conservation des vins

    Œnophile

    amateur de vins

    Oïdium

    maladie cryptogamique de la vigne (combattu avec du souffre) par laquelle un champignon parasite se développe sur les parties vertes, marquées par l’apparition d’un duvet blanchâtre, où il puise ses besoins

    Organoleptique

    désignation des sensations identifiées en bouche (corpulence, longueur, tanins, arômes, dureté, …)

    Ouillage

    opération consistant à compenser l’évaporation du vin par ajout de vin de la même qualité

    Oxydation

    à l’initiative du vigneron (comme pour la madérisation des vins blancs) ou pas, action de l’air sur certains composants du vin (tanins, fer, …) modifiant l’aspect et le goût (‘rancio’) ; non maitrisée e, sans hygiène stricte, elle transforme le vin en vinaigre

    Palissage

    fixation des sarments de vigne sur des fils tendus entre des piquets

    Paulée repas des vignerons pour fêter la fin des vendanges

    Passerillage

    augmentation de la richesse en sucre du raisin en le faisant sécher partiellement sur la vigne, en suspendant les grappes ou en les étendant sur un lit de paille

    Phylloxéra

    puceron découvert au XIXe siècle s’attaquant aux racines de la vigne

    Pièce

    tonneau utilisé en Bourgogne (228 litres) ou en Champagne (205 litres)

    Plant franc de pied

    pied de vigne non greffé ; pratiquement disparu depuis l’invasion du phylloxéra au milieu du 19ème siècle

    Polyphénols

    molécules se formant dans les végétaux à partir des sucres, et retrouvés dans la peau (donnant ainsi les tanins), les pépins et la rafle des raisins

    Pourriture grise

    maladie de la vigne due au champignon botrytis, se développant par temps humide, et provoquant l’éclatement des raisins

    Pourriture noble

    pourriture due au champignon botrytis, se développant dans des conditions météo particulières (brouillards matinaux et journées ensoleillées), et enrichissant les raisons en sucre et en arômes caractéristiques

    Pressurage

    opération consistant à presser le raisin ou le marc pour en extraire le jus

    Prise de mousse

    seconde fermentation en bouteille via une liqueur de dosage/tirage permettant la transformation d’un vin tranquille en vin effervescent

    Quartaut

    tonneau équivalent à un quart de barrique bordelaise ou pièce bourguignonne (+/- 50 litres)

    Rafle

    partie pédonculaire ou ligneuse de la grappe

    Réduction

    provoqué par le vigneron ou pas, phénomène chimique lorsque le vin n’est plus en contact avec l’oxygène (en bouteille, en barrique, …) pouvant apporter de la complexité au vin, voire à l’extrême, générer des odeurs d’œuf pourri ou de chou ; ce défaut peut être passager

    Remuage

    action consistant à tourner régulièrement les bouteilles de vins effervescents installées sur des pupitres inclinés ou dans des gyropalettes pour faire glisser les dépôts dans le goulot

    Rétro-olfaction

    technique de dégustation consistant à aérer le vin en bouche, en inspirant de l’air lèvres serrées, afin de percevoir les arômes par voie rétro-nasale

    Robe

    ensemble des aspects visuels d’un vin (couleur, brillance, limpidité et densité)

    Rosé de macération

    vin rosé obtenu par cuvaison de la vendange, avant le début de la fermentation, où le moût est pressé pour séparer la partie solide du jus, qui est mis alors en fermentation à basse température (18 à 20°C)

    Rosé de pressurage

    vin rosé obtenu par pressurage directe des grappes entières ou éraflées, juste après la vendange

    Rosé de saignée

    vin rosé obtenu par cuvaison de la vendange (destinée à élaborer du vin rouge), avant le début de la fermentation, où une partie du jus est vinifié à part

    Sommelier

    personne travaillant dans la restauration et possédant une solide connaissance des vins et spiritueux

    Soufre

    aussi appelé anhydride sulfureux, utilisé dans les vignes pour combattre l’oïdium, et lors de la vinification pour éviter l’oxydation du vin ainsi que le développement de micro-organismes indésirables (stabilisation et conservation du vin en bouteille)

    Soutirage

    transvasement du vin d’un fût ou d’une cuve à l’autre pour le séparer de ses lies

    Sucres résiduels

    partie des sucres non transformée en alcool

    Sulfitage

    ajout de soufre au vin ou au moût pour le protéger d’éventuelles maladies

    Surface foliaire

    surface couverte par les feuilles sur un pied de vigne ou dans un rang, pouvant être changée en abaissant ou rehaussant le palissage

    Tanins

    mot d’origine gauloise (‘tann’ = chêne) désignant la matière provenant des pépins et de la peau du raisin (ainsi éventuellement que du fût de chêne), donnant au vin son caractère et favorisant sa longévité

    Terroir

    interactions climatiques, géologiques, physiques, agronomiques et humaines sur un territoire défini

    Tranquille

    terme désignant un vin non effervescent

    Tri

    opération de sélection, appliquée à tous les vins, et effectuée en cave, visant à écarter les grappes ou raisins de qualité insuffisante

    Trie

    cueillette sélective, appliquée aux vins liquoreux, et effectuée dans la vigne, visant à ne prendre que les meilleures baies

    Tuilé

    couleur d’un vin rouge âgé, tirant sur le rouge-orangé

    Vendanges vertes

    éclaircissage des grappes en juillet/août pour concentrer les grappes restantes

    Véraison

    changement de couleur des baies au début de la période de maturation ; les raisins rouges passent du vert au rouge, et les raisins blancs passent du vert opaque/foncé au vert translucide/clair

    Verticale

    se dit d’une dégustation comparative d’un même vin de millésimes différents

    Vieillissement sur lattes

    terme désignant une prise  de mousse (très) lente dans les bouteilles de vin effervescent, stockées horizontalement, affinant le vin avant le remuage et le dégorgement

    Vigneron

    viticulteur qui élabore aussi le vin

    Vin de goutte

    vin élaboré à partir de jus de raisin tiré de la cuve sans que la vendange n’ait été pressée

    Vin de presse

    vin élaboré à partir de jus de raisin tiré de la vendange pressée dans le pressoir

    Vinicole

    qui a rapport à la production du vin

    Vinification

    ensemble des procédés utilisés pour la transformation du moût de raisin en vin

    Viticole

    qui est relatif à la culture de la vigne

    Viticulteur

    celui qui cultive la vigne

    Viticulture raisonnée

    méthode culturale visant à n’employer des produits phytosanitaires que quand c’est nécessaire, et non plus systématiquement

     

    · Millésimes

    1959

    XXXXX

    1974

    --

    1989

    XXXXX

    2004

    xxxx

    1960

    .

    1975

    +++

    1990

    XXXXX

    2005

    xxxx

    1961

    xxxx

    1976

    XXXXX

    1991

    +++

    2006

    --

    1962

    --

    1977

    --

    1992

    +++

    2007

    XXXXX

    1963

    .

    1978

    --

    1993

    +++

    2008

    xxxx

    1964

    +++

    1979

    xxxx

    1994

    +++

    2009

    xxxx

    1965

    .

    1980

    .

    1995

    +++

    2010

    XXXXX

    1966

    xxxx

    1981

    xxxx

    1996

    xxxx

    2011

    +++

    1967

    xxxx

    1982

    +++

    1997

    XXXXX

    2012

    xxxx

    1968

    .

    1983

    XXXXX

    1998

    xxxx

    2013

    +++

    1969

    +++

    1984

    --

    1999

    +++

     

     

    1970

    +++

    1985

    XXXXX

    2000

    xxxx

     

     

    1971

    XXXXX

    1986

    --

    2001

    xxxx

     

     

    1972

    .

    1987

    +++

    2002

    +++

     

     

    1973

    xxxx

    1988

    XXXXX

    2003

    +++

     

     

     

    .

    Petite année

    --

    Année moyenne

    +++

    Bonne année

    xxxx

    Grande année

    XXXXX

    Année exceptionnelle

     

    · Sentiers viticoles

    Téléchargez au format pdf la liste des sentiers viticoles (cliquez ici) régulièrement mise à jour.


    © 2003-2010 - Alsavin scri - IMS Consult | Tous droits réservés | Contacts